Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

jeudi 1er février 2018 à 20h

Des lueurs pour les yeux

La grande fabrique de l'imaginaire dominant

Imaginez un monde où le réel n'existe pas...
Non, imaginez un monde où tout le monde doit rendre réel ce qui n'existe pas.
Vous voyez ? Non ? Alors, commençons par le début.

C'est l'histoire d'une usine, une immense usine... Non.
C'est plutôt l'histoire de Billie, une personne extraordinaire... Non, c'est pas ça non plus.
C'est d'abord l'histoire de deux personnes. Deux meufs qui sont pareilles! Enfin, presque.
En tout cas, un jour, elles se racontent leurs souvenirs d'enfance : des histoires de Barbies, d'Indiana Jones... Non. Non, non.
C'est l'histoire de deux femmes qui décident de faire une conférence gesticulée ! Enfin, pas vraiment une conférence gesticulée... plutôt, un spectacle ! Enfin, pas vraiment un spectacle... Bref.

C'est surtout l'histoire d'une rencontre. Oui, c'est ça !
L'histoire d'une rencontre où se mêlent leurs souvenirs à toutes les deux, leurs expériences de vies, leurs prises de conscience, leurs coups de gueule, leurs surprises et des apports théoriques qui les ont fait grandir.

C'est aussi un peu de conte et de théâtre, pour pouvoir réfléchir ensemble à comment se construit un imaginaire dominant raciste, sexiste, homophobe, et comment on essaye de s'en dépatouiller !
Vous prenez le tout, y ajoutez une pincée de poésie et une cuillerée d'humour. Voilà, c'est prêt. Vous n'avez plus qu'à le servir avec une bonne tasse de thé...

-----

Une création de Marie Carrere et Myriam Cheklab

Mise en scène : Pauline Christophe et Clara Guenoun

Montage son : Vianney Davienne

Affiche : Hélène Maurel

Source : message reçu le 11 janvier 13h

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir